Forage des puits

 Forage des puits

Nous avons la joie d’accueillir dans l’équipe missionnaire,
Daniel Morel, un jeune Suisse, de l’organisme « Frères sans frontières ».
Il vient former une équipe de Moundangs du secteur, au forage des puits.
Il travaille en collaboration avec le Frère Paul Travers de Pala,
qui, depuis plusieurs années, en lien avec des organis­mes internationaux,
est responsable de ce forage des puits dans tout le diocèse.

Voici comment, chez nous, les puits se construisent.

II faut commencer par tamiser le sable pour récupérer le gravier.

Transporter ensuite ce gravier à 300 mètres

pour charger le camion.
Ce Berliet a évacué du gravier jusqu’à 150 km du fleuve.

Mais que d’allées et venues pour sortir 43 mètres cubes !

A Tagal, dans le secteur de Gounou-Gaya, on extrait les cailloux du sol.

Des villageois parcourent parfois 10 km à pied
pour aller dans ces « champs de cailloux ».

« Nous les petits, on aura soif aussi, alors on fait notre part. »

Les plus grands, à coups de marteau,
vont alors concasser ces collines de cailloux.

A plusieurs, on s’encourage, mais attention aux éclats !

Comme l’eau est rare, on lave le gravier dans la brouette.

Grâce à ces moules, on peut fabriquer 10 buses par jour.

Soyons prudents : une buse pèse 200 kg.
Le camion en emmènera une dizaine chaque fois.

On s’est arrêté de creuser parce qu’on a trouvé l’eau ;
on pose alors quelques buses pour éviter les éboulements.
On les fixe définitivement
lorsque l’on juge qu’il y a assez d’eau pour le village.

La buse a 80 centimètres de diamètre et 50 centimètres de hauteur.
Celle-ci fera une margelle solide.

Là, un autre genre : 1 mètre de diamètre intérieur,
50 centimètres de hauteur.
Poids : 450 kg (gravier, fer
, 1 sac de ciment).

Si l’eau est à plus de 15 mètres, on coule le béton au fur et à mesure,
avec un moule en 4 morceaux.
Il faut 2 sacs de ciment pour ces moules de 1 mètre de haut :
le diamètre du puits est de 1 m. 40.
On peut descendre jusqu’à 50 mètres.

Et maintenant nous avons un jardin,

        

Nous cultivons des légumes pour les manger, les vendre,
grâce à « notre » puits… à « votre » puits…

 
Share Button
Ce contenu a été publié dans Les Soeurs en mission à Léré. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Forage des puits

  1. Ping : Plan du Site | Soeurs du Saint Enfant Jésus de Reims, à la suite de Nicolas Roland

  2. Ping : Richesse de la vie missionnaire | Soeurs du Saint Enfant Jésus de Reims, à la suite de Nicolas Roland

  3. Durandana Boutot dit :

    Merci de votre article avec toutes ces photos. C’était vraiment intéressant de voir l’histoire de la façon dont les puits d’eau aident ces personnes dans le besoin. Merci d’avoir partagé ces informations, et passez une bonne journée! Durandana | http://www.foragedenisproulx.com/fr/services.html

  4. Ping : Richesse de la vie missionnaire | Sœurs du Saint Enfant Jésus à la suite de Nicolas Roland

  5. Ping : Plan du site | Sœurs du Saint Enfant Jésus à la suite de Nicolas Roland

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *