Epreuve dans notre vie missionnaire

  Epreuve dans notre vie missionnaire

Comme les Africains et les autres missionnaires, nous avons eu régulièrement
des crises de paludisme ou d’autres maladies tropicales : amibes, bilharziose…
Mais un jour, Sœur Thérèse fut atteinte de paludisme pernicieux,
compliqué d’une pleurésie, et dût être hospitalisée à Garoua au Cameroun,
puis rapatriée rapidement en France.
Emoi dans la Communauté…
Malgré tous les soins prodigués, Sœur Thérèse partit
rejoindre la Maison du Père, le 1er janvier 1991.
Nombreux sont les amis qui assistèrent aux obsèques,
entourant les Sœurs du Saint Enfant Jésus
et sa famille, Monseigneur Balland, le Père Marguet.

Voici des extraits de l’homélie :
Il est heureux d’avoir choisi les textes de l’Epiphanie
pour célébrer les obsèques de Sœur Thérèse Pierrot.
Dès les premiers instants de son existence humaine,
Jésus était venu par un peuple, mais pour tous les Peuples.
Les 3 Rois symbolisent toute l’Humanité.

Jésus, le Messie est venu pour révéler Dieu son Père à tous les hommes,
quelle que soient leur race, leur condition et leur époque.
L’Epiphanie est comme une annonce de la Pentecôte.

Soeur Thérèse et sa Communauté ont quitté leur pays, leur famille
pour aller partager cette Bonne Nouvelle avec les animistes
chez les Moundangs de Léré au Tchad.
Elles sont parties leur dire :  » ce Dieu que vous priez,
auquel vous offrez des sacrifices dans la religion animiste, nous vous l’annonçons.
Nous n’avons d’ailleurs aucun mérite, car nous l’avons nous-mêmes reçu par l’Evangile, par l’Eglise.
« 
Ce Dieu, c’est Jésus qui nous l’a fait connaître. Alors, nous vous invitons à connaître Jésus,
à vivre avec Lui et dans son Esprit. Et par Jésus, vous connaîtrez Dieu.
Le 22 Décembre, avant la relance de sa maladie,
Soeur Thérèse exprimait encore ce besoin d’annoncer Jésus-Christ :

 » ils ont tellement soif de la Parole de Dieu « .

 » Vous êtes envoyées pour enseigner et instruire  » disait Nicolas Roland à ses Sœurs.
 » Malheur à moi si je n’évangélise pas «  disait déjà St Paul.
Et, bien avant l’Evangile, les prophètes se sont faits « porte parole de Dieu ».
En effet, découvrir Dieu à travers Jésus, c’est comme découvrir une source en plein désert !
Et refuse-t-on de montrer une source à quelqu’un qui a soif et dont la route est encore longue ?
Des peuples entiers sont en quête de cette source.
Faire découvrir que Dieu est Père, c’est, comme Jésus en son temps, aller vers l’homme.
Annoncer Jésus-Christ, témoigner en Parole et en Actes d’un Dieu passionné de l’homme
pour lui donner la vie, une vie en abondance : une vie que n’atteint pas la mort :


C
’est accomplir aujourd’hui ce qu’il souhaite pour ses enfants.
C’est rendre possible plus de liberté et plus de justice.
C’est élargir l’espace des droits humains.
C’est l’alphabétisation contre l’ignorance.
C’est lutter contre les dangers de famine en organisant des greniers communautaires.
C’est initier à la prévention contre les maladies.
C’est aussi la formation humaine et chrétienne d’apôtres africains.
Tout cela, Soeur Thérèse y a contribué activement, et, cela n’a pas été semé en vain.

Maintenant, elle contemple en pleine lumière, Celui qui l’a appelée à la vie religieuse,
à Charleville, à l’école Jeanne d’Arc. Sa réponse pour aimer le Christ dans la pauvreté,
d’obéissance et de chasteté, vécue en communauté, elle l’a prononcée en 1948.
Ce fut le début de son chemin dans la vie consacrée apostolique.
Soeur Thérèse a quitté ce monde le 1er Janvier pour la vie sans limite.
Elle est dans le bonheur de Dieu.
Nous sommes tous tristes, car la blessure du départ définitif fait mal.
La place est vide à Léré, mais elle nous rassemble autour de sa vie donnée,
et là-bas, en ce moment, les chrétiens sont réunis et prient avec nous.

 » Si le grain meurt, il porte des fruits  »
 » Si les pauvres sont évangélisés, le Royaume progresse  »
 
La Mission continue au Tchad, ce pays si attachant où les vocations sacerdotales,
religieuses et laïques s’éveillent très fort. La mission continue aussi en France
auprès de ceux qui cherchent… qui attendent une espérance.
             

Partout il y a des coeurs affamés et assoiffés à qui il faut montrer la source.
Et puis il y a cette grande chaîne d’amitié et de Foi que nous formons,
véritable réconfort devant la séparation :
– Membres de sa famille
– Missionnaires oblats de Marie Immaculée
– les 800 amis qui soutiennent la communauté de Léré
– L’équipe de Coopération Missionnaire du diocèse
– Toute la Congrégation réunie en ce temps d’Epiphanie du Saint Enfant Jésus.


Soyons tous dans l’action de grâce pour tout ce que Dieu a réalisé de magnifique
dans la vie de Soeur Thérèse, du Peuple moundang, et du peuple tchadien qu’elle aimait tant.
 

 

Share Button
Ce contenu a été publié dans La vie missionnaire continue. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Epreuve dans notre vie missionnaire

  1. Ping : La vie missionnaire continue | Sœurs du Saint Enfant Jésus à la suite de Nicolas Roland

  2. Ping : Plan du site | Sœurs du Saint Enfant Jésus à la suite de Nicolas Roland

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *