Epreuve du jansénisme

La Congrégation prospérait sous la direction de dévoués et pieux ecclésiastiques
quand, vers 1735, les erreurs jansénistes y jetèrent momentanément le trouble.
Grâce à Dieu, l’épreuve ne fut pas de longue durée.
Un saint prêtre, digne émule de M. Roland, dans la science et la vertu,
M. Gaudru, supérieur, réussit en peu de temps à rétablir l’ordre ;
il fit refleurir, avec la paix, la ferveur et le plus pur esprit religieux.
Les vocations se multipliaient, ce qui faisait dire à M. Gaudru que la Maison,
depuis que l’erreur en avait été proscrite, était devenue l’objet des complaisances du Ciel.

Le nom de ce saint Prêtre est inséparable, dans la mémoire des Sœurs,
de ceux de M. Roland et de St Jean-Baptiste de la Salle,
son corps repose dans la crypte de la Chapelle, auprès de celui du pieux Fon­dateur.
Après la mort de M. Gaudru, le Ciel accorda à la fervente Communauté
un demi-siècle de profonde tranquillité,
pendant lequel son oeuvre fut féconde
auprès des orphelins et des écolières de la ville et des campagnes.

 

Dans la Crypte, au centre, nous avons la tombe de M Roland,
et à gauche, celle de M Gaudru.

Share Button
Ce contenu a été publié dans Epreuves du jansénisme et de la Révolution. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Epreuve du jansénisme

  1. Ping : Plan du site | Sœurs du Saint Enfant Jésus à la suite de Nicolas Roland

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *