Sœur Paulette, Sœur Cécile et Sœur Geneviève fêtent leur 60 années d’engagement comme Sœur du Saint Enfant-Jésus de Reims

 
Samedi 18 octobre 2008,
à la Maison-Mère, 48 rue du Barbâtre à Reims :

Sœur Paulette, Sœur Cécile et Sœur Geneviève
fêtent leur 60 années d’engagement
comme Sœur du Saint Enfant Jésus de Reims

    

Depuis plusieurs mois, chacun se préparait à cette rencontre… et cela se voit !
Quelle joie de se reconnaître après 10, 55 et même 61 ans d’absence !
Que de fleurs apportées pour exprimer
la beauté d’une vie toute donnée au Seigneur et aux autres !
C’est une grande famille qui se retrouve :
chacun se sent chez lui, heureux de manifester
sa reconnaissance aux Sœurs connues et aimées.

   

C’est une Fête où se côtoient gaiement toutes les générations :
« vieilles gens, jeunes gens, tous ensemble… »,
animées d’un même esprit de famille : la simplicité…
Joie qui se communique dans les 2 chapelles bien remplies :
regardez les yeux pétillants, les sourires,
les visages rayonnant d’un bonheur qui va droit au cœur !…

Après le chant d’entrée, Sœur Danièle accueille toute l’assemblée
et évoque ce que fut la vie de nos jubilaires :

     

…C’est dans l’action de grâces que Dieu nous réunit nombreux aujourd’hui.

Quand nous relisons votre parcours de 60 années,
nous retrouvons bien l’esprit de Nicolas Roland vécu aujourd’hui :

Séduit par l’Amour de Dieu, il contemple, écoute, s’ouvre à cet Amour.
Passionné des jeunes, il provoque à répondre aux défis du temps…
N’est-ce pas, mes Sœurs, ce que vous avez cherché à vivre
tout au long de ces années de vie religieuse apostolique dans la Congrégation ?
Vous l’avez vécu vous-même, et vous l’avez transmis par votre vie de service :

Sœur Paulette : à Maubert, à l’Institut familial ménager,
devenu ensuite Foyer Nicolas Roland, puis à Chenay ;

Sœur Cécile : à Dizy, au Grand Séminaire puis à la Maison-Mère ;
Sœur Geneviève : comme professeur à Jeanne d’Arc de Reims, de Charleville,
puis à Notre Dame de Mézières.

Par toute votre vie, vous avez essayé d’annoncer ce Dieu Amour qui vous fait vivre.
Quelles joies de revoir les jeunes devenus adultes assumant toutes leurs responsabilités !

Que de personnes rencontrées et aimées dans tous les services rendus, partout où vous avez vécu ;
Que d’écoute, d’accueil dans toutes les relations ! Que de liens tissés !

Oui, béni sois-tu Seigneur. C’est ton amour qu’elles ont reçu dans leur cœur
pour le partager à chaque rencontre, comme à travers les multiples services.
 

Chacun est prêt à vivre intensément la messe d’action de grâces où tout le monde chante…
soulevé par le dynamisme du maître de chorale (Bernard Hourlier)
et l’organiste (Bernard Hess)
qui soutient si bien ces chants simples, bien choisis, festifs.

   
Oui, nous sentons tous nos cœurs à l’unisson, nous nous entrainons les uns les autres.
N’est-ce pas déjà ce que vivaient les premiers chrétiens :
« Ils n’avaient qu’un cœur et qu’une âme ».

L’homélie du Père Dutrève, fort appréciée pour sa simplicité et son humour,
rejoint le cœur de chacun :
« …Jésus s’empresse de dire, quelques lignes plus loin,
« C’est moi qui vous ai choisis et institués pour que vous alliez, que vous portiez du fruit…. »
Comment « aller » et « demeurer» en même temps ?
Jésus répond : « II faut demeurer dans mon amour. »
Les mots volent en éclats : par définition l’amour est le contraire du confortable,
c’est un espace qui ne connaît pas l’installation. L’amour ne demeure pas, il vit.
C’est la sève qui irrigue le sarment en pleine vie enté sur le cep !

   

«Demeurer dans l’amour de Dieu» pour être, selon le souhait du Bienheureux Nicolas Roland,
embrasés du feu de cet amour divin pour pouvoir en réchauffer les autres,
c’est vivre la fidélité, de 60 années en l’occurrence.
Ce n’est pas un podium, ni une médaille d’honneur,
c’est une relecture de tant de pages vécues et écrites avec tant d’autres
rencontrés au fil de différentes missions reçues.
Et nous voilà encore loin d’une nostalgie stérile
pour nous ouvrir au témoignage dynamique de la fidélité.

« Fidélité »: ce mot, ce concept pose bien des questions aujourd’hui.
Cela évoque trop souvent ce qui ne bouge pas, ce qui demeure identique, à l’ancienne.
Cela évoque le souvenir, le monument en mémoire.
Mais peut-on être fidèle dans un monde où tout change, souvent rapidement.
Les personnes elles-mêmes évoluent !
Mais la fidélité pour Jésus, n’est pas un enfermement,
c’est tout un projet à réaliser, c’est un projet de vie.
Les disciples de Jésus, qu’il n’appelle plus serviteurs mais amis
parce qu’il les associe aux projets du Père, deviennent des associés
à l’entreprise collective que Dieu désire développer dans le monde, à l’«Instruction» :
« Aimez- vous les uns les autres comme je vous ai aimés »;
une terre fraternelle où chacun est reconnu et aimé.
C’est une sorte de coopérative de production des fruits de l’amour,
dans laquelle chaque personne participe à la responsabilité
en vue de l’expansion du courant de vie qui les anime.
Il leur faut pour cela rester étroitement unis au Christ
et se laisser pénétrer de l’Esprit qui est à la base de tout.

  

Jubiler, c’est encore toute une mission qui est confiée :
témoigner que la fidélité est toujours possible parce que c’est un mouvement de vie.
Vous savez ! Ce n’est pas le bateau qui reste attaché à quai qui est fidèle,
il est voué à la rouille ; est fidèle le bateau qui part au large,
fidèle à son cap qui lui permet d’affronter toutes les tempêtes et vents contraires
pour conduire ses passagers vers des horizons nouveaux et enrichissants.
Et si le moteur semble s’arrêter ou les voiles se fatiguer,
le bateau court encore sur son erre grâce à l’impulsion
qu’il a reçue pendant tant d’années.
C’est un sillage ouvert pour les générations qui suivent !

     

« Aux jeunes démunis porter l’espérance » dans le sillage de Nicolas Roland. »

            

Quelque chose de profond se vit dans les cœurs
et il faut entendre les applaudissements de joie après le merci final
et l’invitation à poursuivre la fête par le partage du verre de l’amitié.
La joie se manifeste de toutes manières…
et le « you-you » de l’Afrique est apprécié des connaisseurs !

Beaucoup d’émotions, de reconnaissance, de rencontre (depuis 61 ans…)
manifestée par les cadeaux, les fleurs, les paroles échangées, les services rendus…

   

Un couple de jeunes parents se rappelle sa première rencontre
comme étudiant, ici même, dans la maison, il y a 18 ans…

M., au moment du départ, embrasse Sœur Reine
et fond en larmes : « C’est trop émouvant ! » lui dit-elle…

Nous avions l’impression que c’était le jubilé de nous toutes !

Quelques réactions glanées :

Toute l’ambiance et le déroulement de la cérémonie nous ont aidés
à mieux prendre conscience de notre vie profonde et à la ranimer…

Le parcours de chaque sœur depuis son 1er engagement,
les lieux où elles ont été envoyées, le chemin parcouru
pour annoncer la Bonne Nouvelle, les personnes rencontrées,
les amitiés nouées, toutes ces vies données nous rappellent nos propres parcours
et raniment nos aspirations les plus profondes…

L’émotion des sœurs jubilaires a gagné toute l’assistance
quand elles ont exprimé au Seigneur leur reconnaissance pour la fidélité de son amour.

   

Les chants bien connus que nous pouvons encore chanter sont autant de messages
qui renouvellent notre foi.

  

M. C. B. écrit aussi :

« …Pour les 60 ans de vie religieuse des 3 Sœurs de l’Enfant Jésus,
l’Eucharistie fut plus que jamais d’actualité,
puisque nous nous sommes retrouvés autour de vous
lors de la messe d’action de grâce,
avec deux textes adaptés à l’occasion (Col. 1, 24-29 et Jn 15, 9-17) :
60 ans de charge apostolique que Dieu vous a confiée,
comme il l’avait confiée à votre fondateur : Nicolas Roland.

Soixante ans d’amour (p 10 et 11)* à l’égard des enfants,
des jeunes le plus souvent en difficultés,
des adultes rencontrés sur votre chemin respectif,
où vous avez, à l’instar de Nicolas Roland et dans les dispositions de Marie,
contemplé Jésus enfant, écouté la Parole (p. 6 et 7)*
demandé pardon (p 18)*, et vous vous êtes offertes davantage, (p 20)*
… vous portez l’espérance (p. 23)*…

Avec tous ceux qui étaient là, et qui ont eu la chance de vous avoir comme guides,
comme sœurs dans la vie et la foi, nous avons rendu grâce…

Le renouvellement de leurs vœux a été un moment très émouvant et très fort.
Nous avons eu la chance d’en être témoins,
nous savons aussi que ce ne sont pas des paroles en l’air
puisque c’est bien de leur mise en pratique
que nous avons bénéficiée et que nous avons partagée… »

   

Action de grâce, OUI ! Plus que jamais et union de prière
avec Nicolas Roland et votre Communauté religieuse.

Et nous, allons-nous «renouveler nos vœux» d’enfant de Dieu,
qui n’en a jamais fini de découvrir l’étendue de l’Amour du Père,
sur lequel nous pouvons nous appuyer pour vivre en Chrétien ?

P.S. : * Les pages citées sont celles du livret : « Prier avec Nicolas Roland »

 

Un grand merci à tous nos amis venus si nombreux
nous entourer en ce grand jour de fête…
Que de délicatesses, de générosité, de gestes d’amitié !…
Nous en sommes très touchées…

Merci à tous les acteurs qui ont si bien contribué
à la réussite de cette fête…

 

Share Button
Ce contenu a été publié dans Jubilé des Soeurs. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Sœur Paulette, Sœur Cécile et Sœur Geneviève fêtent leur 60 années d’engagement comme Sœur du Saint Enfant-Jésus de Reims

  1. line dit :

    Merci de nous faire partager cette célébration quand nous n’avons pas pu y être physiquement présents. Quelle chance pour nous de connaître de si beaux témoins de l’Amour et de pouvoir échanger avec elles.

  2. Simon dit :

    quelle surprise de voir dans le "chez nous" des ardennes, la photo de soeur paulette
    que d’émotions après tant d’années ; dommage que nous n’ayons pas eu connaissance de cette journée 
    toutes mes amitiés  
    de la part de Françoise DUCHESNE (foyer nicolas roland de 78 à 81)

  3. Ping : Actualités | Soeurs du Saint Enfant Jésus de Reims, à la suite de Nicolas Roland

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.