Vie familiale

 

Vie familiale au Tchad :

Voici quelques cultivateurs.

Ici, point de remembrement ou de grandes pièces alignées !…
La houe en main (seul instrument rencontré jusqu’ici),
le cultivateur va « aérer » les rayons de coton – arbuste de 50 à 80 cm. de hauteur,
dont la fleur, rose ou blanche, rappelle celle du liseron.

Les plus avancées sont déjà en graines,
ou laissent éclater une jolie poignée de coton d’un blanc neige.

La récolte commencera en novembre.

Plus loin, au ras du sol, les arachides sont encore vertes.
Pour vous donner une idée, prenez un gros pied de trèfle un peu plus étalé.
Tirez sur la touffe, vous en sortez des racines abondantes, renflées de rhizomes.
Voilà les cacahuètes. Croquez donc ! Elles sont bien fraîches.

On croirait grignoter des haricots crus.
Il faudra donc les laisser sécher,
puis les griller, avant qu’el­les ne vous arrivent.

Au fond, de très hautes tiges de deux à trois mètres
font écran et en­tourent de plus près le village :
c’est le mil qui constitue la nourriture de ba­se, au Tchad.

Le plus précoce est le mil rouge qu’on voit sécher un peu partout, même sur les toits.
Le blanc se récoltera en novembre aussi.
Chaque pied donne un lourd épi de grains ronds (deux fois comme un grain de blé).

Il devra être pilé et vanné pour donner une farine granuleuse
qui servira à préparer la « boule».

On rencontre aussi quelques arbres fruitiers à la périphérie des vil­lages :
des manguiers, goyaviers, citronniers, bananiers,
quelques palmiers-dat­tiers implantés du nord par les Foulbés envahisseurs.

  

Les légumes sont rarissimes…
Pourtant, ils poussent bien et se plaisent dans les fonds humides.
Ils demandent beaucoup de soins et d’arrosages.
(Dans le jardin de la Mission, nous avons de magnifiques tomates.
Depuis notre arrivée, François et Pierre travaillent d’arrache-pied
pour doubler le jardin, bien situé, autour du puits.
Les aubergines, les radis, salades, carottes atten­dent leurs soins…). 

 

Nous poursuivons la visite et entrons au village.
De grands sekos (palis­sades d’herbes tressées) entourent chaque concession,
laquelle abrite toute une fa­mille.
 


Une case centrale permet d’accueillir les visiteurs ou les amis.
Une autre sert de cuisine à la mère de famille,

tandis que la suivante est la chambre à cou­cher.
On y dort sur une natte de feuilles de palmier tressées – étendue à même le sol.
Quand les nuits sont plus fraîches, un petit feu,
au milieu de la pièce, ré­chauffe les dormeurs,
mais nous donne la clef des larges brûlures
que les enfants ont fréquemment dans le dos,
parce qu’en dormant ils roulent dans la braise !
Une autre case est réservée aux animaux :
poules et poussins, canards, chèvres et moutons y font leur gîte.
Ils sont, bien souvent, la seule richesse de la famille …

Mais le plus curieux est le grenier à mil :
sorte de case étroite, en forme d’obus, ouverte à sa partie supérieure.

La femme y accède par le toit de sa case qui est caractérisée par une terrasse.
C’est souvent là qu’elle met sécher le mil avant de le rentrer.

L’homme a sa case personnelle, lui aussi.
Il a bien souvent deux ou trois femmes : c’est encore un signe de richesse.
Celles-ci sont souvent tristes, traitées en servantes, voire en esclaves…

Dans les foyers chrétiens, c’est une véritable évolution, par contre !…
On voit plus souvent la femme manger avec son mari.
Celui-ci partage plus facilement les tâches rudes ;
sa femme (unique, cette fois) est plus joyeuse, souriante et épanouie.

Leurs costumes ? « Les goûts et les couleurs !… »


On en voit de toutes les façons.
Filles et femmes sont souvent gracieuses, élégantes même ;

parfois, une simple bande d’étoffe drapée leur sert de pagne,
 

mais le costume chic par excellen­ce
se vend coupé et ajusté, « chez le tailleur » :
 

encolure bateau, corsage bien mou­lé et terminé par une longue basque ;
la jupe, toujours assortie, n’est qu’une ban­de drapée.
Les plus jeunes aiment s’habiller à l’européenne.
Si « dépouillés » que soient leurs costumes, jamais rien de provocant.
La simplicité est reine. Tout sem­ble « naturel » et l’est en réalité.
Les garçons ? C’est très variable aussi.
Un « bout de chou » de 3 ans, que nous avons surnommé « Bouboule » (non sans motif),

  

 se promène toujours « au naturel ».
Certains ont seulement un petit collier autour des reins.
Ils sont presque des ex­ceptions, car les écoliers sont vêtus.
Ils portent aussi bien la chemise de nylon
que le maillot de corps – neuf ou déchiré -, qu’importe !
Les hommes sont souvent vêtus à « l’européenne ».
Mais, les jours de fête, il faut les voir,
drapés dans le grand « boubou » blanc ou bleu ciel,
et coiffés d’une chéchia ou d’une calotte mul­ticolore !…»

Share Button
Ce contenu a été publié dans Les Soeurs au Tchad. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Vie familiale

  1. Ping : Envoyées en Mission | Sœurs du Saint Enfant Jésus à la suite de Nicolas Roland

  2. Ping : Plan du site | Sœurs du Saint Enfant Jésus à la suite de Nicolas Roland

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *