La cruche fissurée

La cruche fissurée

Un handicap qui porte fruit

Dans ce village de l’Inde, un vendeur d’eau se rend chaque matin à la rivière,
muni de ses deux cruches. Il les remplit,
et il revient vers la ville pour vendre l’eau à ses clients.

L’une des deux cruches, plus ancienne, est fis­surée.
Elle perd de son eau sur la route du retour…

L’autre, toute neuve, rapporte donc plus d’argent à son maître.

La pauvre infirme se sent inférieure.
Et, un matin, de retour de la rivière, en plein milieu de la distribution,
elle décide de se confier à son patron.

« Tu sais, lui dit-elle, je suis bien consciente de mes limites.
Tu perds de l’argent à cause de moi,
car je suis à moitié vide lorsque nous arrivons à la ville.
Pardonne mes faiblesses, je ne fais pas aussi bien que l’autre…
Je ne suis bonne à rien. »

Le patron ne répond rien.

Le lendemain, de bon matin, en route vers la rivière,
notre patron interpelle sa cruche fissurée :
– « Regarde sur le bord de la route.

–  Oui, c’est joli, l’herbe est belle, et c’est plein de toute sorte de fleurs.

– Eh bien ! C’est grâce à toi, réplique le patron.
Oui, figure-toi que, chaque matin, tu arroses le bas-côté du chemin.
Alors je me suis dit que cela pourrait être utile, au lieu d’être perdu !
Et j’ai acheté un paquet de graines de fleurs ;
je les ai semées le long du chemin.
Et toi, sans le savoir, sans le vouloir, tu les arroses chaque jour,
tu les fais fleurir ;
et puis, tu verses de l’eau sur l’herbe, qui peut rester bien verte.
C’est ainsi que notre chemin de chaque jour est si beau !

Ne l’oublie jamais : nous sommes tous un peu fissurés.
Mais, si nous en parlons à Dieu, et si nous savons bien faire,

Dieu, avec nos faiblesses, peut faire des choses merveilleuses.

Un conte indien

Share Button
Ce contenu a été publié dans Clin d'oeil. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *